Accueil    Chroniques    Groupes    Concerts    Labels    Inscription    Forum    Staff    Liens  
Recherche : ok
    Login :    Pass :    
Chronique officielle  >  Dead Can Dance - Into The Labyrinth
Dead Can Dance - Into The Labyrinth

album Into The Labyrinth
groupe Dead Can Dance
label 4AD
année 1993
style ethnique
lyrics indisponibles
site officiel  http://www.deadcandance.com/



tracklist

1. Yulunga (spirit dance)
2. The ubiquitous mr lovegrove
3. The wind that shakes the barley
4. The carnival is over
5. Ariadne
6. Saldek
7. Toward the within
8. Tell me about the forest (you once called home)
9. The spider’s stratagem
10. Emmeleia
11. How fortunate the man with none

auteur Merauder
date  13-11-2004

9/10

Cet album de Dead Can Dance marque un tournant dans l'orientation musicale du groupe: il sonne nettement plus "world" que les sorties précédents, ce qui en a décu plus d'un, notamment les fervents de la période "Within the realm...", et il a été composé et enregistré uniquement par le duo Brendan Perry - Lisa Gerard, dans le studio du chanteur en irlande.

Cet opus commence par un "Yulunga" presque tribal et très "ethnique", avec toutes ces percussions et instruments traditionnels, la voix de Lisa y fait merveille.
"The ubiquitous Mr lovegrove" est un titre inclassable : ryhtmique programmée par ordinateur se couplant avec percussion de type djerbouka. Sur ce morceau, on sent bien l'influence "crooner" du chanteur, sa facon de chanter est presque soul par moment, toujours très précis et très juste...
"The wind that shakes the barley" est un traditionnel irlandais il me semble, chanté d'ailleurs d'une manière sublime sur le live "toward the within"
Vient ensuite a mon humble avis le titre phare de cet album,"The carnival is over" un excellent morceau, trop court mais intelligemment construit, l'instru accompagnant le chanteur est très peaufinée et ca donne une chanson qui fait vraiment voyager .
Les autres titres vraiment magiques sur cet album sont "Tell me about the forest", un hymne à la nature, long et hypnotisant, ou on y retrouve l'ambience plus dark des albums d'avant. "Emmeleia" est une sorte de prière a deux voix, ou plutôt une sorte de messe noire dans laquelle l'harmonie entre les deux voix se fait presque parfaite.
"How fortunate the man with none" est aussi un titre magique, un des titres phares de cet album, sur lequel on sent bien l'avancée du groupe vers des sonorités plus world, tout en gardant la saveur DCD des opus précédents.
A écouter absolument, mais il ne faut pas s'attendre a du dark ambient...

note des visiteurs
nombre de vote(s) 1

8/10





En ligne : 5 visiteurs, 0 membre
Blackhearts Domain © 2003 - 2018 MDCinq
Ce site ayant une vocation exclusivement musicale, les opinions politiques ou religieuses n'ont pas leur place ici. Merci.